Djävlar Anamma

DONNÉES GÉNÉRALES
Année du premier vol
(ou de design, si seul projet)
1923
Pays Allemagne
Designer(s) LIPPISCH, Alexander
Premier constructeur LIPPISCH, Alexander & al.
Type d'appareil Planeur
Fonction Initiation

SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES
Envergure--
Longueur--
Hauteur--
Allongement--
Surface alaire--
Profil aile--
Masse à vide--
Masse maxi--
Charge alaire--
Vitesse mini--
Vitesse maxi--
Finesse maxi
Taux de chute mini--
Nb sièges1
StructureBois et toile

En vol à la Wasserkuppe en 1924 [via Christian Noël]
[Dessin Philippe Vigneron]

AUTRES INFORMATIONS

Constructeur(s)
ConstructeurConstruits
LIPPISCH, Alexander & al.--
Nombre total de constructions--
Infos techniquesFuselage poutre
Profitons-en pour rappeler quelques différences entre le type « Djävlar Anamma » et les « Hol’s der Teufel » suivants :
Le « Djävlar Anamma » était haubané souplement, par des cordes-à-piano, à partir d’un pylône formé de deux barres obliques partant de la nacelle du fuselage… dont celle devant le pilote (à la manière du Grünau-9, réputé en tant que « fendeur de crâne » (!), dans le cas d’un atterrissage très brutal…)
Les « Hol’s der Teufel » construits par la suite furent haubanés rigidement par deux mâts parallèles sous chacune des deux ailes (avant d’évoluer eux-même en plusieurs versions,
d’où la difficulté de trouver un plan-trois-vues qui corresponde parfaitement au modèle qu’on ait pu avoir devant l’objectif, au cours d’un Rassemblement.
Histoire résuméeMessage de Claude Visse sur forum Rétroplane : (01/02/2008)
à partir de propos échangés avec notre ami Peter Urscheler et aussi avec un article d'un vieux N° de la revue VGC News, voici ce que je pense pouvoir une explication plausible :
En 1923, quelques jeunes suédois se rendirent à la Wasserkuppe pour s’initier au vol à voile, sous l’autorité de maîtres allemands tels que Alexander Lippisch, Fritz Stamer et Willy Pelzner. Certains y réussirent même leur brevet « C »…
Parallèlement, ils participèrent aux travaux de construction d’un planeur à fuselage poutre (un peu plus élaboré que le « Zögling »), que A. Lippish avait mis en chantier.
Quand ils se tapaient sur les doigts (en préparant de la bande à clous ?…), ils juraient en suédois : « djävlar anamma !… », expression qui fut retenue par la suite pour désigner le planeur lui-même… puis qui fut transposée en allemand pour les exemplaires suivants, soit : « Hol’s der Teufel », ce qui signifie quelque chose dans le genre : « Va au Diable !… »
(ce qui, semble-t-il, est encore un juron assez courant chez certains de nos amis helvètes…)

Liens personnalités Pas de personnalité associée.

SOURCES DOCUMENTAIRES

Liens WEBSite : Forum Rétroplane . Discussion sur le Hols der Teufel. (2010-08-27 CL)
LivresSailplanes 1920-1945
par SIMONS, Martin (2001) [p. 38. ].
Start in der Wind (1911-1926)
par RIEDEL, Peter (1977) [p. 221. 2 photos].
Autres sourcesHistoire du Djävlar Anamma, devenu Hols der Teufel, par Peter Urscheler, Lettre d'information Dédale n° 91

MODÈLES RÉDUITS

Pas de plan ou kit référencé.
Fiche n° 513 [Dernière mise à jour : 2018-11-08]